samedi 27 février 2021

les petites complications après prothèses mammaires: plis, cornes,valse des implants

 regardez la vidéo:  https://youtu.be/llGnAvoToLs


les complications des prothèses mammaires actuelles sont peu fréquentes: néanmoins de petits soucis peuvent surbvenir à terme, ce qui peut imposer une réintervention toujours problématique; Cette vidéo vous explique les différents problèmes rencontrés!

samedi 19 décembre 2020

AUGMENTATION MAMMAIRE :Y A T IL du nouveau?

 

Augmentation mammaire : Y a-t-il du nouveau ?



Augmentation mammaire : Y a-t-il dunouveau ?

Il y a effectivement du nouveau! Un article de journal américain plastique et reconstructrice surgery du 2 novembre 2020 écrit par une double équipe de Dallas au Texas et de Loma Linda en Californie, sous la direction de Rod Rohrich envisage un sujet qui a été très peu abordé en matière d’augmentation mammaire par implants : il s’agit de l’évolution à long terme des patients qui ont subi l’ablation de leur implant pour une raison ou pour une autre ;

Actuellement plusieurs millions de patientes portent des implants mammaires en silicone, dont la technologie varie en fonction de différents pays et continents ; le résultat en est favorable ou très favorable dans 97% des cas.

La France est très bien placée dans cette course aux implants car il existe au moins 5 fabricants ou  producteurs dont certains remontent aux années 1970, sous l’impulsion du docteur Arion, dont l’inventivité extrême est passée des implants gonflables remplis de sérum physiologique, jusqu’aux prothèses modernes en silicone gélifiée, dans une poche elle-même constitué d’un silicone souple mais résistant et multicouches; il est aussi l’inventeur des prothèses en hydrogel qui sont actuellement beaucoup moins utilisées.

Après plusieurs scandales sanitaires liés à l’implantation de prothèses dont  l’intérieur était trop huileux, puis le scandale des prothèses PIP dans certaines était constituées par du silicone industriel et non pas médical, la situation s’est assainie: Aujourd’hui les prothèses utilisées sont fiables résistantes et entraînent peu de coques, qui est la réaction fibreuse trop dure, sorte de cicatrice autour de la prothèse, transformant la forme de celle-ci, au départ  hémisphérique, en une boule dure visible et palpable, très facile à repérer.

Le lymphome anaplasique à grandes cellules est une pathologie cancéreuse qui peut démarrer dans la coque autour d’une prothèse dont la paroi est chevelue, ce qui a conduit les autorités sanitaires à préconiser des prothèses à paroi lisse ou Micro texturée.

Le risque de cancérisation autour d’une prothèse mammaire est très faible, inférieur à 1cas sur 50000 ; le diagnostic rapide de cette lésion permet l’ablation de la prothèse et de la coque génératrice, ce qui conduit à la guérison dans la plupart du cas ;

Mais le grand intérêt de l’article mentionné est qu’il envisage le devenir de ces patientes nombreuses qui doivent subir l’explantation de leurs prothèses mammaires, pour une raison ou pour une autre, et parfois après 25 ou 30 ans de satisfaction;la majorité des patientes opérées avoue avoir beaucoup bénéficié sur le plan personnel de la modification de leur silhouette, et redoutent d’avoir à enlever ou changer des prothèses qui progressivement font partie d’elle-même, parfaitement intégrées à leur schéma corporel modifié;

Plusieurs scénarios sont alors possibles après explantation des implants: Car il n’est pas toujours nécessaire d’implanter une nouvelle prothèse, du fait de  de l’invention des techniques du lipofilling, ou bien parce que le corps de la patiente a changé, qu’elle a pris du poids, ou bien qu’elle ne désire plus avoir une poitrine augmentée;


1) le simple changement d’implant mammaire est le scénario le plus fréquent ; si les prothèses étaient rétro musculaires, la tendance est de les mettre en pré musculaire pour éviter la valse des prothèses, que les muscles pectoraux ont tendance à déplacer en haut et en dehors ! je suis partisan de cette approche depuis plus de 20 ans.

Ma voie d’abord ou incision préférée reste la voie axillaire mais que les auteurs de l’article descendent en flèche car ils ne la connaissent pas bien, et qu’elle est difficile sur le plan technique.

Il faut encore déterminer si on met une prothèse un peu plus grosse ou plus petite ; cela se fera bien sûr après une discussion approfondie avec la patiente demandeuse ; la tendance est actuellement à mettre de plus en plus des prothèses en gel de silicone plutôt que remplies de sérum physiologique, mais c’est dernier procédé conserve des prescripteurs acharnés.

 

2) le deuxième scénario le plus fréquent est l’utilisation de lipofilling ou greffe de sa propre graisse ; encore faut-il qu’il se trouve un volume suffisant de graisse à prélever ; entre 300 et 500 grammes seront nécessaires pour regalber les nouveaux seins ; cela impose parfois de prélever des cellules graisseuses au niveau du ventre, de la culotte de cheval, des fesses, voire de l’intérieur des cuisses ou des genoux ;

Chaque séance de lipofilling permet d’augmenter le volume mammaire d’un demi bonnet ; c’est donc bien différent de l’implantation d’une prothèse mammaire qui permet de gagner 2 ou 3 tailles de soutien-gorge en une seule opération ! Mais certaines patientes extrêmement écologistes préfèrent plusieurs séances de lipofilling, qui il est vrai donne finalement de très jolis résultats avec très peu de complications : En tout cas le lipofilling ne génère aucun risque cancérigène, cela est bien documenté dans la littérature mondiale. 

Certains collègues utilisent à la fois une prothèse mammaire pour beaucoup augmenter le volume et un peu de lipofilling en périphérie pour obtenir un résultat encore plus naturel chez des patientes osseuses ou très musculaires, celles quiont très peu de graisse sous-cutanée ; on parle alors d’augmentation hybride ou composite ; cette option a été notamment défendue en France par le docteur Éric Auclair.

 

3) le troisième scénario est que l’ablation des prothèses mammaires anciennes est suivie par une ptose mammaire, c’est-à-dire que la poitrine est devenue très tombante, ce qui complexe évidemment la patiente au plus haut point…

On a alors le choix d’une chirurgie esthétique à type de mastopexie, que l’on réalise soit par une cicatrice autour de l’aréole (technique de Benelli) dans les cas de ptose très légère inférieure à 4 cm, ou en associant une cicatrice verticale, comme dans l’opération “queue de poisson” que je pratique depuis fort longtemps, remarquablement utile lorsque la ptôse mammaire est importante.

 

4) un autre scénario est l’apparition d’une hypertrophie mammaire : elle survient quand la patiente a pris beaucoup de poids et qu’elle a même constaté l’apparition paradoxale d’une hypertrophie mammaire surprenante ; la seule solution dans ce cas est de faire une réduction mammaire, complétée parfois par une liposuction de la composante graisseuse développée dans le sein.



 

En conclusion, ce n’est pas tout que de se faire implanter des prothèses mammaires, pour une patiente désireuse d’augmenter le volume de sa poitrine: Il faut aussi réfléchir à son avenir; les prothèses de dernière génération vont durer entre 15 et 25 ans, il faudra bien les changer ou les enlever à un moment donné ou à un autre; il est fondamental de s’entourer de grandes précautions au moment de la mise en place des prothèses en choisissant un chirurgien chevronné, afin d’obtenir le plus joli résultat possible; mais il faut aussi penser d’emblée à ce qu’il va se passer dans 15 ou 20 ans, lorsqu’il faudra retirer ces prothèses et les remplacer; pour le moment on a rien trouvé de mieux sur le plan technologique que les implants siliconés pour augmenter les seins  de deux ou trois tailles par un seul geste opératoire; de nouveaux concepts sont à l’étude, comme ceux de mélanger les prothèses en gel de silicone avec d’autres substances stabilisantes, ou de rendre les prothèses plus légères;

Si le lipofilling à amené un grand renouveau dans la chirurgie d’augmentation mammaire, il ne résume pas à lui tout seul la perspective d’un super résultat stable dans le temps, et exempt de toute complication ; à mon avis la filière silicone a encore un grand avenir potentiel.

Mais il faut aussi utiliser les techniques en pointe telles le lipofilling en complément, ou parfois de façon isolée en 2 ou 3 sessions si la patiente souhaite une augmentation mammaire modérée, limitée à 1 bonnet ou 1bonnet et demi d’accroissement, très naturel il est vrai.

mercredi 14 octobre 2020

le triomphe de la liposuction faite à la main , et le lipofilling


 La liposuction reste l'arme absolue à la reconquête de la silhouette, homme ou femme:les dernières statistiques confortent cette opération inventée par le français YVES GERARD ILLOUZ en 1978, qui a le premier utilisé une canule métallique creuse reliée à un puissant aspirateur de son invention, et non une canule avec broyeur comme l'italien GIORGIO FISCHER en 1974; ce procédé exposait à des vagues inesthétiques sous la peau.

La liposuction ou liposuccion, reste l'opération esthétique la plus pratiquée au monde, avec une grande sécurité; Les ajouts techniques(ultrasons liquéffieurs, laser destructeur, vibrations mécaniques d'assistance au chirurgien) n'ont pas fondamentalement bouleversé la technique, qui repose sur l'adresse manuelle et la conception artistique de cette opération qui DOIT  ETRE PRATIQUEE  PAR UN CHIRURGIEN EN MILIEU MEDICAL: enlever plus de 4 litres de graisse pure peut poser des problèmes justifiant une surveillance pendant et après l'opération. 

Un progès important, déjà effectué par ILLOUZ à l'époque fut de réutiliser les cellules graisseuses vivantes pour pratique un lipofilling  immédiat, permettant de resurfacer , combler ou reconstruire(cancer du sein  par exemple) les déficiences de volume ou d'épaisseur dans le corps du donneur lui même: la LIPOSCULPTURE a transformé nos capacités de réparations 'écologiques" des pertes de substance sous cutanées, et la présence des cellules souches adipeuses peut même revitaliser les tissus radio dermitiques après rayons X ayant brûlé en surface les tissus exposés.

Toutefois, le lipofilling fessier, très en vogue depuis 5 ans dans certaines communautés de population, doit être prudent : ne pas injecter dans les muscles , mais sous la peau, pour éviter l'embolie graisseuse qui a pu être mortelle dans certains cas.

Entre des mains expérimentées, et associée à un régime prolongé, la liposuction a permis a des millions d'êtres humains de redevenir heureux dans leur corps.


mardi 22 septembre 2020

ma technique d'injection du botox en 2 fois



 J'ai appris à injecter le BOTOX A  du laboratoire AL.......... car l'effet de la première dose s'affaiblit vers la 3è semaine; D'où l'idée m'est venue d'injecter une seconde dose aux mêmes points points d'injection, après 21 à 35 jours; Le résultat a conforté mes attentes: résultat stabilisé et prolongé pour plusieurs mois, sauf chez quelques patients résistants à la toxine, qui ont eu besoin d'une 3è retouche;

De ce fait, j'ai inclus ce protocole dans ma pratique quotidienne et explique l'avantage de procéder ainsi aux patientes interessées.

dimanche 30 août 2020

chirurgie esthétique et célébrité

 

CHIRURGIEN ESTHÉTIQUE  ET  CÉLÉBRITÉ


par le docteur Vladimir Mitz, chirurgien esthétique et réparateur à Paris 75006

 


Tous les chirurgiens ont rêvé à un moment donné ou à un autre de devenir célèbre,  et en plus, d'opérer des célébrités!

 Toutefois un peu de modestie fait du bien:  il n'est pas donné à tout le monde d'être charismatique,  et d’attirer l'attention des médias;

 Pour cela il faut d'une part faire la preuve d'une certaine capacité d'innovation  également  de savoir plaire à ces journalistes qui considèrent les médecins comme des instruments de leur propre notoriété,  bien plus que des porteurs de message;

 Quand au chirurgien il doit savoir s'exprimer clairement, et avoir trois idées en tête pour les dire simplement;  cela est très réducteur  car on ne peut pas en 3 minutes donner des explications satisfaisantes à des auditeurs qui n'entendront que des affirmations tronquées,  sans les bases analytiques  pour une étude critique sérieuse.

 Nous en avons vu l'exemple récemment à l'occasion de la crise du covid,  ou des grands spécialistes de la réanimation ont mobilisé les médias pendant 6 mois,  avec une vedette incontestable qui a été le professeur Raoult!

 Que vont-ils devenir une fois que la crise du covid sera passée?

 Beaucoup d'entre eux n'ont même pas eu la notion qu'à certains moments il se sont contredits ou qu'ils ont été ridicules;

 Pour les chirurgiens esthétiques, c'est encore pire!  car ce qui intéresse actuellement les journalistes ce sont les ratés de la chirurgie beaucoup plus que les beaux résultats où les explications des dernières techniques révolutionnaires mais validées  et non pas complètement  fantaisistes;

J'avais autrefois demandé au célèbre  journaliste Werther d'assurer une critique journalistique aux chefs de clinique  en chirurgie plastique de l'hôpital Boucicaut,  dans le cadre de séances de Médialectique que j'avais imaginé pour que ces brillants chirurgiens adroits et dévoués  apprennent à bien s'exprimer  dans des conditions de tension et de critiques…

Par ailleurs opérer des célébrités n'est pas une sinécure;  le regretté professeur  Brésilien Ivo PITANGUY(1923-5 août 2016),  ou  encore plus anciennement,  le français Rodolphe TROQUES(?-2018) avaient une très grande expérience; ils étaient reconnus, et ont opéré nombre de vedettes hollywoodiennes et internationales; ce qui faisait leur réputation était certes leur compétence technique, mais aussi une grande humanité, une aura qui provoquait un transfert positif ,avec le maintien d’une confiance et d’une compréhension unique.

Peut être   y ont-ils  laissé des plumes:  une célébrité qui se fait opérer,  implique souvent si qu’elle  fait l’honneur de se soumettre au bistouri choisi ,  et que par conséquent il n'y aura rien à payer, que le résultat doit être parfait, que toute petite anomalie de cicatrisation deviendra une source de conflit et de réclamations!

Ainsi opérer une célébrité est une arme à double tranchant:  d'un côté cela permet de percer, de se faire une publicité énorme,  mais de l'autre côté les risques d'une opération malvenue ou mal conduite  vont jeter l'opprobre  sur le praticien, dont la réputation sera alors catastrophiquement détruite.

Heureusement, actuellement,  le grand nombre de téléréalités fait  que de nombreux chirurgiens esthétiques jeunes , dynamiques , et avenants  sont devenus les chirurgiens esthétiques de petites célébrités  intermittentes; cela entraîne moins de risques et tout autant de satisfactions sur les réseaux sociaux…





jeudi 20 août 2020

une main esthétique à 4 doigts!

 le sacrifice d'un index abimé par un traumatisme délabrant peut être masqué par une opération dite "amputation esthétique de CHASE".

le principe en est de reformer une main harmonieuse à 4 rayons digitaux: grâce aux mouvements naturels, il devient quasi impossible de repérer la déformation!

En voici un exemple pour servir de démontration à ceux qui seraient affectés par un problème équivalent.


vendredi 24 juillet 2020

microlift: combien peut on enlever de peau pour rajeunir?

dessin préétabli de microlift par vladimir mitz


microlift: combien peut on enlever de peau pour rajeunir?

Le microlift s'oppose aux fils tenseurs dans le sens que ceux ci n'enlèvent pas l'excédent cutané, mais retendent les tissus comme un porte jarrretelle interne ..
Le dessin préétabli avant l'incision est calculé en fonction des excédents cutanés mesurés par pincement doux, pour déterminer la laxité cutanée.
Cette quantité pet varier devant et derrière l'oreille, d'un côté ou de l'autre.
Mais enlever la peau excédentaire qui s'est distendu est fondamental pour obtenir un rajeunissement valorisant!



les petites complications après prothèses mammaires: plis, cornes,valse des implants

 regardez la vidéo:   https://youtu.be/llGnAvoToLs les complications des prothèses mammaires actuelles sont peu fréquentes: néanmoins de pet...

articles populaires